;;
FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedinRSS Feed

Membres FFW

Visiteurs

2.png2.png4.png1.png1.png
Aujourd'hui14
Ce mois990

Qui est connecté

1
Connecté

North American P51D Mustang
 
Type : P-51D-30-NA
Immatriculation : F-AZSB
Propriétaire: SNC SDPA
Immatriculations précédentes : RCAF 9592, N9148R, N2251D
Numéro constructeur : 122-40967
Serial number : 44-74427
Packard Merlin V1650 7 2  Rolls Royce Merlin Packard V1650-7 de 1400CV
 
     mustang
                                                       Joe Rimensberger                                                          plus de photos

44-74427 est le 200e des 600 P-51D-30 dont les serial sont compris entre 44-74227 et 44-75026, commandés à North Amercan et construits aux usines d’Inglewood, un faubourg de Los Angeles.

Livré à la Royal Canadian Air Force qui lui a attribué le serial 9592. (mustangsmustangs.com)

Déclaré surplus et proposé sur le marché civil, il a été acheté et immatriculé N9148R par Trans Florida Aviation

En 1962 il a été acquis par Bob Hoover qui en a fait l’un de ses fameux “Yellow Birds” et lui a fait attribuer une nouvelle immatriculation : N2251D.

En 1965, il a connu des réparations suite a un accident.

En 1970 à Oshkosh, ce Mustang a été bêtement accidenté par un mauvais rempissage des bouteilles d’oxygène fixées à l’intérieur de fuselage. Un excés de pression les a fait exploser, avec pour résultat d’éventrer le fuselage. Bob Hoover s’est ensuite séparé de l’avion et l’épave a été revendue à Steve Schulke.

Le P-51D utilisé ensuite par Bob Hoover de la fin des années 70 jusqu’à la fin des années 80 était immatriculé N51RH.

44-74427 a été reconstruit en utilisant l’épave d’un autre Mustang, 44-74435.  En effet, après le crash du P-51D-30-NA 44-74435, N130JT, dans les années 70 (peut-être même en 1970 précisément), ce sont certains de ses éléments qui ont servi a remettre en état 44-74427. Lui ont ensuite été attribuées les couleurs d’un P-51D du 352 FS (Fighter Squadron) 353 FG (Fighter Group) 8th Air Force et le petit nom de “Doc’s Doll”.

En 1975, après la mort de Schulke dans le crash d’un T-34, 44-74427 a été acquis par John Stokes 

En 1978, il a été revendu à John T. Baugh, qui a changé ses couleurs et l’a rebaptisé “Miss Coronado” et lui a appliqué un code d’unité fantaisiste et correspondant à ses initiales, JT-B. C’est une sorte de manie chez les propriétaires de Warbirds de conférer à leurs avion leurs initiales, ou celle de leur femme soit comme code d’unité soit, parfois quelque part dans leur immatriculation lorsque c’est possible. 

En 1990, il est devenu la propriété de Paul Romine. (P-51 Mustang list- 44-74000 to 44-74999) — En 1994 il a de nouveau changé de propriétaire pour Brian Hoffner de Palm Beach, Floride.

Acheté par la société JCB Aviation (J.C. Baudet), 44-74427 est arrivé à Nîmes, désassemblé, en container le 1er décembre 1999. 

Après remontage (par Bruno Ducreux) il a subi une grande visite. Sa décoration de “Nooky Booky IV” de l’as américain Leonard “Kit” Carson du 362nd FS (Fighter Squadron), 357th FG (Fighter Group) 8th Air Force basée en Grande Bretagne, lui a été conservée. L’avion ne porte pas son propre serial mais celui du 44-11622 du Major Leonard « Kitt ». Carson, qui totalisait 18 victoires à la fin du conflit.

En 2004, F-AZSB est venu enrichir le nombre des avions basés à La ferté-Alais en changeant à nouveau de propriétaire pour être le premier warbird de La Société Pour le Développement et la Promotion de l'Aviation de Christian Amara. L'avion est basé à Melun Reau depuis  2011 et fait désormais partie de la collection de France's Flying Warbirds.

Le Mustang en présentation à la Ferté Alais en 2013...images Marc TAURAN tmtv.fr

Un film de propagande de l'USAAF de 1943

J'ai piloté le P51 Mustang

h100 Leon P-51 01  Marc"Léon" MATHIS raconte:

"C'est d'abord un chasseur dans le sens propre du terme. Spacieux, grande verrière, facile d'accès, très bonne visibilité dans toutes les phases de vol (également en finale plein volets) et on est bien assis dans le siège baquet.

L'utilisation est facile avec un peu d'entraînement car le poste est bien optimisé et surtout le moteur Merlin Packard est doté d'un système automatique de contrôle de température d'eau et d'huile.

Le Mustang a un couple moteur important et en général on affiche la puissance de décollage après avoir dépassé une vitesse de 50 kts. En vol le P 51 est stable, croise entre 220 et 240 kts à 200 à 240 litres/heure. En altitude le moteur s'autorègle en débit et température, donc ne nécessite pas de surveillance particulière.

En évolution les ailerons durcissent après 250 kts mais l'avion reste bien maniable. Lors des évolutions verticales, des vitesses supérieures à 200 kts sont nécessaires pour éviter une dégradation aérodynamique liée à son profil d'aile laminaire.

C'est un avion en rapprochement vers le sol avec une forte assiette en piqué, il est donc préférable d'avoir de "l'eau sous la quille" sinon risque de décrochage dynamique. Lors des variations de vitesse dans les évolutions, la bille valdingue facilement de gauche à droite. Par exemple, à 50 inch de PA et 3000 trs au décollage, le palonnier droit devient dur comme du béton, d'où puissance progressive dans cette phase de vol. Au sommet d'une figure telle que boucle ou retournement entamés à trop faible vitesse, il n'est pas rare de subir un changement autour de l'axe de lacet d'au moins 30 à 40° vers la gauche, ou même l'avion déclenche si on ne réduit pas la puissance moteur.

Pour ma part, c'est un avion formidable, impressionnant, qui vole vite, a de l'autonomie et n'est pas dangereux si on l'utilise comme il faut et avec respect.

Un véritable cheval de course, d'où MUSTANG."

Marc MATHIS

.